UNE APPROCHE PSYCHO-CORPORELLE
DE L’ECRITURE


par Geneviève MANENT
Formatrice et thérapeute en relaxation


ETUDE DE CAS

PRESENTATION DE L’ENFANT

Dimitri est âgé de 10 ans. Il suit des séances d’orthophonie pour de légers problèmes de dysorthographie et il vient en relaxation parce qu’il est trop crispé. Il écrit très très mal : c’est presque illisible quand il doit aller relativement vite, par exemple, pour prendre l’énoncé d’un texte sous la dictée.
C’est un enfant ouvert, observateur et créatif, vif en classe quand il s’agit de l’oral et intéressé par ce que je lui propose, mais légèrement anxieux.
Dès les premières séances, il laisse apparaître une grande sensibilité et un bon investissement, mais il est peut-êre un peu trop raisonnable


LE CADRE

La rencontre (prise en charge) se passe sur 12 séances avec quelques exercices à vivre seul, chez lui ou en classe. Je travaille, en consultation, comme relaxologue dans un Centre de Pédopsychiatrie (C.H.S.).


L’APPROCHE

L’approche se compose d’un ensemble “d’outils” à ma disposition :
• Les exercices sensoriels, ouvrent les portes du corps, car la présence au monde et à soi-même passe par les sens et la conscience avant d’être pensée et nommée. Ils mettent l’enfant en contact avec ce qui l’entoure et se qui se passe à l’intérieur de lui.
La respiration est tout d’abord une invitation à se laisser bercer, apaiser mais également une dynamique qui fait avancer.
Le graphisme en lien avec les postures et la respiration devient une coulée d’énergie.
les postures corporelles favorisent la mobilité, la spontanéité ; par elles l’enfant apprend à se servir de son corps selon ses besoins pour dire qu’il est et pour communiquer librement.
Les sonorités de la voix et de la musique font vibrer les différentes parties du corps comme des caisses de résonance.
Les auto-massages jouent avec l’enveloppe corporelle, éliminant les tensions musculaires, et rééquilibrant la vitalité.
La relaxation propose à l’enfant une véritable rencontre avec lui-même, son corps senti et intériorisé, ses espaces imaginaires (visualisation) et la possibilité de prendre du recul.
Les éléments se combinent selon l’évolution des rencontres, chaque rendez-vous avec l’enfant étant une création originale (1).


La finalité de ce travail n’est pas de rééduquer Dimitri pour qu’il “écrive bien” ; c’est simplement un des objectifs, un résultat qui sera atteint naturellement, parce que l’expérience de relaxation psycho-corporelle lui apprendra à utiliser toutes ses potentialités, à redevenir lui-même ; autrement dit, à ouvrir des portes qui s’étaient fermées ou à retrouver des clés. Par son attitude crispée et figée, il s’est coupé d’une part essentielle de lui-même ; la relaxation le relie à sa propre expérience.
Dimitri est spécialement bloqué au niveau des épaules, bras et mains mais une observation plus fine l’amène à découvrir des tensions dans les pieds, et les orteils lorsqu’il écrit.


1ère étape

Lors des premières rencontres, chacun observe l’autre et l’enfant exerce une réceptivité nouvelle. Dimitri repère que ses épaule se “déplient” lorsqu’il joue avec son chien. En relaxation, j’utilise cette image de jouer avec son chien pour amener une détente naturelle de ses épaules. Ayant intériorisé cette expérience, il la revivra chaque fois qu’il le souhaitera ou qu’il en aura besoin.
> Par l’auto-observation des manifestations de son corps et des symptômes dans sa vie quotidienne, Dimitri commence à s’approprier les moyens d’y remédier et à prendre du recul par rapport à sa difficulté : il devient ainsi acteur de sa prise en charge.
Au départ, il ne s’agit pas de chercher à modifier quoique ce soit mais à sentir
“Je propose à l’enfant de sentir ce qui se passe en lui : quand il marche, quand il se couche, quand il court, quand il est au repos.
Tu sens en toi l’énergie : c’est comme l’électricité qui fait fonctionner un moteur et tu vas apprendre à l’utiliser, le canaliser, la rassembler, la faire jaillir, l’économiser...
Pour commencer, tu la découvres et tu sens sous quelle forme elle se manifeste ; c’est un peu comme l’eau qui peut être un ruisseau qui coule, de la pluie qui tombe, de la vapeur qui monte, de la glace qui se fige, un lac calme et immobile, une cascade bruyante et pleine de force ou un torrent... Observe ton énergie et sens ce qui te fait fonctionner...” (2)

> Dimitri respire seulement avec son ventre, il ne sent absolument pas sa respiration thoracique (serré par l’angoisse et l’anxiété) et il a tendance à bloquer son expiration pendant qu’il écrit.


2ème étape

> Des moyens sont proposés et expérimentés afin de choisir les mieux adaptés : un peu comme une boîte à outils dont l’enfant apprend à se servir. Les outils agissent à court et long terme. L’écriture étant considérée comme une coulée d’énergie, si l’énergie du corps est bloquée, l’écriture se fait plus difficilement : elle suit l’état vibratoire, un peu comme la musique qui peut être fluide, saccadée, rythmée, lente, rapide etc.... Le travail sur le corps (détente), la respiration (fluidité) et la relaxation (diminution de l’anxiété) ont une action globale et durable ; localement des massages de détente des mains, le relâchement du dos et les graphismes arrondis en lien avec la respiration sont efficaces très rapidement et réutilisable par l’enfant chaque fois qu’il en éprouve le besoin. Dimitri aime spécialement dessiner les yeux fermés sur des musiques de rythmes différents (les deux mains ensembles ou séparément), il retrouve ainsi le plaisir de tenir un crayon, et de la souplesse dans le graphisme.


3ème étape

L’enfant s’approprie les exercices qui lui conviennent et progressivement il peut les refaire tels quels, selon ses besoins au quotidien, mais également les modifier et en découvrir d’autres et en inventer. Ce travail le relie à tout un potentiel inexploité en lui (ses richesses intérieures) et, peu à peu, il n’aura plus besoin d’un adulte pour faire face à sa difficulté. Quelques phrases en fin de relaxation favorise cette autonomie. Par exemple : “ton corps est heureux d’être écouté, senti et il te signale où tu dois porter ton attention” ou encore “tu sais maintenant que tu as en toi un espace de détente que tu peux retrouver chaque fois que tu le désires”.. Pour détendre ses pieds, Dimitri les masse ou les met dans l’eau (concret et palpable) ou, alors, il imagine qu’ils sont légers comme des ballons de baudruche mais surtout ses pieds sont légers et détendus quand ils dansent sur les pédales d’un camion américain qu’il rêve de conduire (imaginaire) !


ANALYSE DE LA PRISE EN CHARGE
Dimitri a du mal à dissocier les différentes parties du corps, il a tendance à être tout d’un bloc (par exemple, il tourne le buste en même temps que la tête et bloque son cou) et lors des postures corporelles, ses pieds se soulèvent comme pour accompagner le mouvement.
Les postures proposées tiennent compte de cette tendance, elles le respectent puis elles iront progressivement vers la dissociation. Il a tout d’abord besoin d’être en sécurité, reconnu pour ce qu’il est, ce qu’il sent (des respirations abdominales) ensuite par un mouvement général de relâchement, comme une vague se libère, la respiration thoracique s’épanouira.
Dès les premières séances de relaxation avec mobilisations passives, Dimitri montre une grande réceptivité sensorielle. Il sent, par exemple, son côté droit lourd et chaud alors que le gauche est léger et froid. En développant son ressenti, il aura plus rapidement conscience des crispations lorsqu’il écrit et il pourra y remédier plus aisément .
Son écriture est très saccadée : cette crispation peut venir également d’une trop grande concentration et d’une difficulté à se déconcentrer. Des exercices de “concentration et déconcentration” sur le corps d’abord, sur les graphismes ensuite, des relaxations à base de respiration dans les membres amèneront une amélioration dans le mouvement général qui deviendra plus souple et influencera une écriture plus reliée.
Il apparaît, petit à petit, qu’un grand poids pèse sur Dimitri. Il “doit” écrire bien et être bon en classe sous peine de décevoir ses parents ; l’écrit, la dimension littéraire, a une grande importance pour eux. Pour réussir, Dimitri a tellement investi que des blocages se sont installés dans son corps. Pour s’appliquer et bien faire, il se crispe, ce qui accentue sa lenteur.
La relaxation et le massage (auto-massage et massage par sa mère notamment) ont été comme une “bouffée d’air” ; progressivement, il dit que ses membres deviennent “frais et légers” au lieu d’être lourds et crispés. Il fait régulièrement du do-in, pour se réveiller et intègre bien la conscience tension/relâchement.
Il pourra lâcher le désir de sa mère (s’habille de la couleur qu’elle aime, veut lui faire plaisir) et oser, grâce à la relaxation, exprimer ses désirs propres et repréciser ses besoins personnels (à travers une relaxation où il se transforme en Robin des Bois et sauvera le château et les enfants prisonniers). Il pourra jouer avec les lettres et les chiffres qu’il aime et ceux qu’il n’aime pas. Lorsqu’il sentira davantage son corps, il dira “c’est comme des vibrations agréables qui bougent dedans” ce qui correspond à la conscience de l’énergie dans le corps.
Il peut paraître surprenant de trouver une écriture hachée, morcelée avec un corps bloqué, non dissocié mais en réalité ce sont deux aspects d’un manque de fluidité, d’une circulation non aisée du mouvement, une vitalité qui ne s’exprime pas librement. La musique et chant seront porteurs d’évolution. Par exemple, en visualisation non guidée sur une musique, il libérera ses gestes en devenant “chef d’orchestre d’animaux”!


CONCLUSION
Dimitri a appris à écouter et sentir son corps. Il a retrouvé progressivement confiance en lui.
En relaxation, j’offre en l’enfant des espaces d’expérience qui le remettent en contact avec lui-même : j’accompagne son cheminement et je l’aide à nommer ce qui se passe, à repérer ses forces, à accéder à une véritable connaissance. Au-delà de l’objectif de mieux écrire, Dimitri a gagné en estime de lui-même (et ses parents également) et progressé sur le chemin de l’autonomie, ce qui est le but ultime de notre rencontre.

Réagir à ce texte

_____________

(1) Les exercices sont décrits dans les ouvrages de Geneviève MANENT spécialement dans l’Enfant et la Relaxation et La relaxation pour ensoleiller le quotidien - Ed. du Souffle d’Or Retour au texte

(2) Extrait de l’Enfant et la Relaxation de Geneviève MANENT - Ed. du Souffle d’Or Retour au texte