88 - Demande de conseils pour proposer de la relaxation
à des élèves de CE1 en ZEP

Professeur des écoles stagiaire, j'enseigne tous les lundi dans une classe (en zep) qui pose problème. Les élèves sont très agités, réfractaires ou indifférents aux règles, vivant souvent des situations familiales difficiles, etc.
Pratiquant moi-même le Chindai, j'essaye depuis plusieurs mois d'instaurer une petite séance de relaxation le lundi mais c'est assez difficile. Je commence juste à pouvoir réellement le faire.
Je suis également en train d'écrire mon mémoire sur les apports de la relaxation en classe. Le terrain de ma classe en zep étant difficile, j'ai pratiqué la relaxation quotidienne avec des élèves de CM2 dans un village durant un stage en responsabilité de 3 semaines où tout s'est très bien passé. Mais cela me parait court pour faire un mémoire...

Toujours est-il que je fais appel à vous pour avoir quelques conseils concernant les séances de relaxation avec les CE1 de l'école située en ZEP.

Elisabeth BROUSSE (Perpignan - Pyrénées-Orientales)

Réagir à cet article

 

La réponse de Marie-France Guth-Meunier
Professeur des Ecoles
Auteur du mémoire "Est-il possible de se servir du corps pour mieux apprendre ?"
Mâcon/Saône-et-Loire

Bonjour,
J 'étais moi-même professeur des écoles stagiaire l'an dernier et me suis posée à peu près les mêmes questions.
J'ai pratiqué le yoga pendant 3 années et ai essayé de mettre en place des choses dans mes stages (cf mon mémoire que l'on a dû vous communiquer).
Ce que je peux dire avec du recul :
- la relaxation à l'école est un travail où l'on n'obtient pas instantanément des résultats. Au début, c'est juste un "break" qui apporte un peu d'aération psychique à tout le monde, peut-être surtout à la maîtresse.
- certains soupirent et ne jouent pas le jeu. Ceux a qui ça fait du bien sont plus discrets. Faites vous confiance pour prolonger ou non les séances, les réitérer. Et il faut d'autant plus se faire confiance que l'on est pionnier en la matière.
- je pense (mais n'ai pu tester) que faire des séances allongés sur le sol (par exemple à la fin d'un cours d'EPS) permet aux enfants de mieux profiter de la relaxation debout en classe. Ils connaissent mieux leur corps et les bienfaits qu'apporte la respiration.
- pour les CE1 de ZEP : j'ai quant à moi fait un stage de 3 semaines auprès de CM1 de pseudo-ZEP. J'ai abordé les séances de relaxation aux moments où les enfants étaient dissipés, ce qui n'a pas été simple ! Il me semble à la réflexion qu'il vaut mieux commencer cela quand les enfants sont plus réceptifs, par exemple dès leur arrivée le matin. Sinon, pour la gestion d'une classe dissipée comme ça, je crois qu'il faut prévoir des séances de maths, français, etc., très courtes, du style 30-35 mn. Proposer 2 exercices d'application au lieu de 4, etc. Cela donne du dynamisme, les enfants marinent moins dans leurs échecs ou difficultés.
Mais enseigner n'est pas chose facile. Bon courage !

Marie-Françoise Guth-Meunier

Réagir à cet article

 

La réponse de Marie-Andrée Baillon
Professeur EPS et Enseignante de yoga au lycée Jacquard de Caudry/Nord

C'est intérressant qu'autant d'étudiants se mettent à la relaxation, ou au yoga.
Au niveau des mémoires professionnels, une pratique personnelle et une formation s'impose pour gérer la classe au départ...
Les entrées dans l'activités seront différentes en fonction de l'"état" de la classe... ou de l'état de certains élèves de la classe...
L'agitation de certains peut-être canalisée par un certain type d'exercices "physiques" qui feront appel en même temps à la concentration...
Mais la patience, l'empathie et la persévarance seront les premières qualités de l'enseignant surtout pour des élèves en difficulté sociale et/ou familiale

Les rires, les bruits, les mouvements désordonnés.... sont des réactions de défenses... qu'ils faut observer et accpeter au début comme tels...

Une fois avec une classe de seconde, pour une fin de cours, la détente à été mis en place par "un yoga du rire". Partir du rire, traviller sur l'expir, l'inspir et différents bruits. Nous avons commencé tous debout et ça s'est terminé allongés, en fous rires au départ, puis en relaxation à la fin...

Même en classe (ça peut géner les voisins, car au départ c'est très bruyant!) cela est possible... et cela fait tomber l'agressivité.
Les élèves sont surpris de voir "LE" prof faire des bruits AHAHAHA!!!OHOHOH!!!!IHIHIH!!!UHUHUH!!! etc., etc., etc.

Avec les petits en maternelle, faire les voyelles, ça leur plaît, ça les fait rire aussi au début... puis ils se calme, car le chant est relaxant, l'expir est par la bouche , puis ensuite chanter dans la tête et mettre les expirs par le nez...
Il y a énormament de possibilités dans le YOGA. Ensuite on appelle ça comme on veut, mais lier le corps, le mental par la concentration et des exercices divers entrainent cet état d'équilibre et de bien être suceptible d'améliorer les apprentissages et tout simplement être à l'écoute de soi des autres !!!

Marie Andrée BAILLON,
Professeur d'EPS en Lycée, MASTER "Education et Santé", et Prof de Yoga
Association RESPYRS : Recherche Education Santé, Pratique du Yoga, Réalisation de Soi

Réagir à cet article