109 - Relaxation et gestion du stress en classes relais

J'apprécie vos recherches et initiatives, étant moi-même au coeur de celles-ci pour l'académie de la Réunion.
Enseignant agrégé d'EPS, spécialiste de la préparation mentale de sportifs de haut niveau, je prépare un master de recherche en psychologie clinique.

Je développe actuellement la relaxation et la gestion du stress en classes relais dans mon collège, avec les élèves déviants : ceux-ci pratiquent relaxation dynamique, inititation à la sophrologie, stretching postural et yoga afin d'"entrer en silence" et à recréer un dialgue entre soi... et soi.

Spécialiste de la programmation neuro linguistique, je développe aussi un atelier dans lequel on décrypte les mécanismes de la communication débouchant sur le conflit afin de se construire des savoirs faire nécessaires à la réalisation d'une communication heureuse, non violente.

Bien sûr, rien ne peut se faire en collège sans la justificaton aux IO et en tant que formateur à l'agrégation, je connais trés bien les textes, ce qui m'a permis de mener à bien ce projet. Par contre entre mon mémoire de recherche en psychologie clinique, mes formations PNL et mon travail au collège et la formation continue de prof d'eps que je dispense, je n'aurais pas le temps de vous fournir d'autres éléments pour l'instant. Juste pour vous dire que ça m'a fait plaisir de voir que d'autres se lançaient dans la même perspective. Mais entre l'équipe pédagogique et les justifications régulières, l'inspection académique, les syndicats, tout le monde y va de son avis ("ce n'est pas de notre ressort à nous les profs,etc..".) et je prefère agir avec les élèves (mon groupe est constitué des plus "pénibles"d'un collège en zone sensible, ambition réussite) que de discourir sans fin.

Christophe Mattei

 

La réponse de Claude Parisot
Professeur d'EPS au lycée technique et professionnel Saint-Eloi - Aix-en-Provence/Bouches-du-Rhône

Je m'appelle Claude PARISOT et je suis prof certifié (dans le secteur privé) d'EPS.
Je suis toujours très heureux de constater que d'autres personnes "militent" pour faire vivre l'école autrement et l'EPS autrement.
Il y a cinq ans, j'ai eu un grave accident de moto qui m'a immobilisé plus d'un an en centre de rééducation et suite à celà, j'ai suivi une formation de relaxologue à Paris, à l'école isthme et j'ai continué pour être thérapeute psychocorporel.
Aujourd'hui, je suis toujours professeur d'EPS et j'interviens comme formateur en gestion du stress dans plusieurs structures et notamment au ministère de la Justice et dans certaines universités, entre autres.

Claude PARISOT

Réagir à cet article